AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Hépatite.typpes, diagnosic ,prévention

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dounialicious



Féminin Nombre de messages : 620
Age : 25
université de : batna
filiere : biologie
année : 3eme année phisiologie animale
Points : 840
Réputation : 5
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Hépatite.typpes, diagnosic ,prévention   Jeu 12 Nov - 15:09

Hépatite A
Introduction:
L'hépatite A est l'hépatite virale la plus répandue au monde avec des zones de haute endémicité en Afrique et dans l'Asie du Sud-Est. Elle est bénigne dans près de 99 % des cas. La transmission se fait par voie entérale (eaux et aliments contaminés par des matières fécales, coquillages, crudités). L'hépatite A survient habituellement au cours de l'enfance ou chez l'adulte jeune (50 % des cas avant l'âge de 30 ans). Elle peut réaliser de petites épidémies dans des collectivités (crèche, école, institution d'enfants handicapés). Elle peut se transmettre par voie intra-familiale. L'âge moyen de survenue de la maladie a augmenté depuis quelques années ; chez l'adulte, l'hépatite est plus sévère.
Diagnostic:
L'incubation est courte, de l'ordre de 2 à 4 semaines. L'hépatite A est le plus souvent asymptomatique (90 % des cas) et est pratiquement toujours bénigne. Le diagnostic est affirmé par la présence de l'anticorps anti-VHA de type IgM dont l'apparition est précoce dans le même temps que l'augmentation des transaminases. Les IgM disparaissent en moyenne vers la 10e semaine et font place aux IgG anti-VHA qui persistent longtemps.

Evolution:
L'hépatite A évolue toujours vers la guérison, sauf en cas de forme fulminante observée dans 1 cas pour 10 000. Il a été décrit des formes à rechute avec un nouveau pic de transaminases, 1 mois après le début de l'infection, observées dans 5 à 7 % des cas ainsi que des formes cholestatiques (5 %) pour lesquelles la guérison peut être longue, en moyenne 6 mois après le début de l'infection.

Prévention :
1. Règles d'hygiène
Une hygiène élémentaire des mains est nécessaire ainsi qu'un soin rigoureux pour les aliments et les boissons dans les régions d'endémie. Il existe également une transmission parentérale faible pour les toxicomanes intraveineux mais aussi pour les personnels de santé après piqûre accidentelle.

2. Vaccination
Le vaccin utilisé s'appelle " Havrix 1440 " dont le schéma de vaccination comporte une injection intramusculaire dans la région deltoïde avec un rappel à 6 mois puis tous les 10 ans. Le taux de séroconversion est de 100 % au 21e jour. Pour les nourrissons au-dessus de 1 an et les enfants jusqu'à 15 ans, on utilise le vaccin " Havrix 360 " avec 2 injections à un mois d'intervalle, un rappel 6 à 12 mois après la primovaccination, puis un rappel tous les 10 ans.

Le vaccin est recommandé pour tous les voyageurs allant vers les pays endémiques, le personnel médical et paramédical, les sujets au contact des personnes infectées, les égoutiers, les militaires, les personnels de crèche et les puéricultrices, les usagers de drogue par voie intraveineuse, les personnels des chaînes alimentaires et de la restauration.

Hépatite B

L’hépatite B est une maladie universelle, posant un problème de santé considérable. L’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, évalue à environ 350 millions le nombre actuel de porteurs du virus VHB dans le monde. Le nombre de décès consécutifs à une infection par ce virus est de 1 à 2 millions par an. De ce fait, l’OMS range le virus VHB au même titre que le virus HIV, parmi les 10 " principaux tueurs " par maladie infectieuse. Cette mortalité est surtout due aux complications de l’hépatite chronique. La prévalence varie considérablement d’une région géographique à l’autre.

Dans les zones à endémie élevée c.-à-d. en Asie du Sud-est, en Chine, en Afrique noire et en Amérique du Sud, 15% des individus sont porteurs chroniques du VHB alors que 70 à 90% ont été un jour en contact avec le virus. La transmission est essentiellement périnatale (verticale) et familiale (horizontale).

Dans les régions à endémie modérée c-à-d au Moyen-Orient, en Europe centrale et orientale et en région méditerranéenne, environ 2 à 7% des individus sont porteurs du VHB alors que 20 à 55% ont des marqueurs du VHB. La transmission est surtout horizontale et sexuelle.

Dans les régions à endémie faible c-à-d en Europe occidentale, en Amérique du Nord et en Australie, moins de 2% de la population sont porteurs du VHB et moins de 20% ont des marqueurs du VHB. La transmission dans ces pays industrialisés se produit surtout chez les adultes jeunes avec un pic d’incidence s’élevant à 25 cas d’hépatite aiguë pour 100.000 dans le groupe âgé de 20 à 30 ans. La transmission est sexuelle dans 40% des cas et liée à l’utilisation de drogues par voie intraveineuse dans 15-20% des cas.

L’hépatite B fait partie des maladies à déclaration obligatoire. Comme dans beaucoup d’autres pays, cette obligation de déclaration aux centres provinciaux d’inspection médicale est très mal respectée; les chiffres officiels (en moyenne 70 cas par an en Flandre) sont fortement sous-estimés. Cette sous-estimation est d’autant plus importante que l’hépatite B est souvent asymptomatique. C’est ainsi que le nombre de cas d’hépatite B enregistrés via la déclaration obligatoire ne correspond qu’à 25% du nombre de cas estimés sur base des cas traités par les généralistes belges. Par extrapolation, en se basant sur l’enregistrement via les médecins vigies, l’Institut d’Hygiène et d’Epidémiologie a calculé une incidence annuelle de 15/100.000 habitants pour la période de 1982 à 1984. Elle est de 6/100.000 pour la période 1991-1992.


Groupe à risque :

La prévalence augmente progressivement avec l’âge jusqu’au groupe de 35 à 44 ans. L’augmentation est la plus marquée dans le groupe de 20 à 29 ans, peut-être en raison de la transmission sexuelle du VHB. La prévalence est la plus élevée chez les patients âgés de plus de 65 ans. Ceci peut s’expliquer par le fait qu’autrefois on ne dépistait pas systématiquement l’hépatite B chez les donneurs de sang. La prévalence de l’Ag HBs* est significativement plus élevée chez les non-Belges que chez les Belges et atteint un plateau une décennie plus tôt chez les non-Belges par rapport aux Belges

* L’antigène HBs est présent dans le sang, représente l’enveloppe du VHB et indique que l'organisme est ou a été en contact avec le virus de l'hépatite B.

Hépatite C

Qu'est-ce que l'hépatite C ?

Une hépatite est une inflammation du foie. Cette inflammation est le plus souvent causée par l'abus d'alcool, un virus ou d'autres facteurs (médicaments). Dans le cas de l'hépatite C, l'inflammation du foie est causée par un virus de type ARN : le virus de l'hépatite C (VHC). Bien que la plupart des virus hépatiques soient connus depuis longtemps, ce dernier n'a été identifié qu'en 1989. Auparavant, il était connu sous le nom de l' " hépatite non-A, non-B ". L'hépatite C n'est pas la seule hépatite virale. A l'heure actuelle, on connaît au moins 6 hépatites virales qui diffèrent par leur mode de transmission et leur gravité. L'hépatite C, principalement transmise par du sang contaminé :



- devient chronique dans 80% des cas.

- peut endommager le foie de manière irréversible.

- est présente dans le monde entier.

- est difficile à guérir.

- ne connaît pas encore de vaccin.
Revenir en haut Aller en bas
KAWTHAR



Féminin Nombre de messages : 116
Age : 25
université de : Université de Khemis Miliana
filiere : Regulation Endocrinnienne et Physiopathologie
année : M2
tu est : system LMD
Points : 177
Réputation : 3
Date d'inscription : 16/03/2011

MessageSujet: Re: Hépatite.typpes, diagnosic ,prévention   Sam 1 Oct - 15:21

merci hiiiii
Revenir en haut Aller en bas
 
Hépatite.typpes, diagnosic ,prévention
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BATNA-BIOLOGIE :: CURSUS UNIVERSITAIRE :: DEUXIÉME ANNÉE :: BIOCHIMIE :: LES COURS-
Sauter vers: